Pourquoi le Chief Happiness Officer est-il bénéfique pour votre entreprise ?

Description du métier de CHO

Le chief happiness officer (CHO) a pour mission de favoriser le bien-être au travail et d’améliorer la convivialité au sein de son entreprise. Né aux Etats-Unis (Google, startups), ce métier se développe peu à peu en France. Il peut être présent dans toute entreprise quelque soit la taille ou le secteur d’activité. Pour l’entreprise, le CHO à divers objectifs : éviter le turn-over, améliorer la productivité et l’efficacité, réduire l’absentéisme / le présentéisme des salariés, diminuer les démissions, augmenter la productivité ainsi que les nouveaux talents etc…

Après avoir analysé l’environnement de travail, il veille à créer et développer du lien social en mettant en place des activités, des dispositifs ou des événements. Son périmètre d’intervention peut être large comme restreint en fonction de ce que souhaite le dirigeant. 

Doté de qualités de synthèse, d’analyse et d’observation, le CHO doit être à l’écoute, organisé et inventif. Médiateur, fédérateur et communicant, il doit savoir convaincre et argumenter autant pour les salariés que pour les dirigeants.

Quelles compétences pour réussir sur un poste de CHO ?

Pour tenir ce rôle, il faut :

  • avoir l’esprit positif,
  • une bonne humeur naturelle
  • un enthousiasme à toute épreuve
  • de l’humour,
  • être aimable,
  • avoir de l’empathie
  • être organisé
  • avoir de l’imagination

et surtout une grande énergie car tout le monde n’a pas la patience et la capacité à inspirer le bonheur chez les autres.

Missions du CHO

Le Chief Happiness Officer doit trouver et instaurer, selon le type de profils avec lesquels il travaille, la stratégie à adopter. Vous trouverez, sur le schéma, les 4 axes sur lesquels il peut travailler pour améliorer le sentiment de bien être dans l’entreprise :

Chaque projet est propre à l’entreprise avec laquelle il travaille. Cela peut se traduire par de nouveaux outils, des changements d’horaires, une mobilité plus large…

Toutefois, le Responsable du Bonheur en Entreprise ne peut à lui seul porter la responsabilité du bien-être de chacun. Ce n’est ni un héros ni un magicien ! Il est, avant tout, un facilitateur du mieux être en entreprise.

Parmi les missions d’un CHO, on peut retrouver :

  •  favoriser la cohésion
  •  créer une atmosphère de travail positive
  •  assurer une communication interne transparente et à double sens , permettant aux salariés de s’exprimer librement
  •  accompagner les changements, notamment technologiques et structurels
  •  accompagner le télétravail 
  •  intervenir en tant que médiateur dans les conflits
  •  mettre en place des services visant à faciliter la vie des salariés (garderie, conciergerie, navettes, laverie, etc.)
  •  veiller et rester à l’écoute 
  • accueillir les nouvelles recrues
  • soigner la marque-employeur de l’entreprise

La liste est non exhaustive car chaque entreprise est unique avec des missions différentes.

Il faut prendre en compte que désormais le salaire n’est plus le critère principal recherché par les collaborateurs.

En effet, la génération milléniale souhaite trouver un juste milieu entre vie professionnelle et personnelle.

Donc l’objectif pour les entreprises qui se dotent d’un Responsable du Bonheur est de se différencier de ses concurrents afin d’attirer les talents et surtout les conserver !

Concrètement, que met en place le CHO?

Encore une fois, chaque entreprise est unique donc aura des activités/prestations différentes pour favoriser le mieux être de ses collaborateurs.

Mais, voici quelques exemples :

  •   Organisation d’événements : petit-déj’/ goûter hebdomadaire, célébration des anniversaires, brainstormings réguliers sur ce qui pourrait être amélioré dans l’entreprise, soirées annuelles etc…
  •  Mise en place d’une boite à idées pour proposer des améliorations par exemple.
  •  Régulation des surcharges de travail pour qu’elles ne soient que ponctuelle.
  •  Mise en place d’un plan de sécurité psychologique : réduction de la charge de travail et donc la pression en termes de timing, consigne pour éviter le harcèlement moral et/ou sexuel etc…
  •  Questionnaires réguliers pour mesurer le moral et la satisfaction de ses employés.

Chacun trouvera ce qui marche dans son organisation pour attirer de nouveaux talents mais aussi pour garder ceux que vous avez déjà !

Pour conclure 

En résumé, sachez qu’un salarié heureux permet de :

  • diminuer l’absentéisme / le présentéisme / le turnover
  • réduire les arrêts maladies / les burn out
  • augmenter l’efficacité / la productivité
  • accroitre la loyauté / la notoriété

Et que votre plus grande fierté est de les voir devenir ambassadeur de votre entreprise !

Pour discuter de votre entreprise c’est par « ici ».

Et pour rester informé :

Cet article a 1 commentaire

  1. Guy Linier

    Merci pour cet excellent article qui m’a donné plein de renseignements très intéressants

Laisser un commentaire